Du domaine des Murmures – Carole Martinez

LRM_EXPORT_199689796502341_20181005_161856012

Du domaine des Murmures

Carole Martinez

Gallimard – 2011

En 1187, le jour de son mariage, devant la noce scandalisée, la jeune Esclarmonde refuse de dire “oui” : elle veut faire respecter son vœu de s’offrir à Dieu, contre la décision de son père, le châtelain régnant sur le domaine des Murmures. La jeune femme est emmurée dans une cellule attenante à la chapelle du château, avec pour seule ouverture sur le monde une fenestrelle pourvue de barreaux. Mais elle ne se doute pas de ce qui est entré avec elle dans sa tombe, ni du voyage que sera sa réclusion…Loin de gagner la solitude, la voici bientôt témoin et actrice de son siècle, inspirant pèlerins et croisés jusqu’en Terre Sainte.

Aujourd’hui encore, son fantôme murmure son fabuleux destin à qui sait tendre l’oreille.

(Pas d’avis En bref puisque l’avis est déjà relativement court en lui-même)

Je ne m’attendais à rien en prenant ce livre fraîchement reçu à la bibliothèque. Sans pouvoir l’expliquer ce livre m’attirait et j’ai donc finit par me lancer.

Et quelle aventure ! quel délice et quelle poésie…Nous suivons le destin extraordinaire d’Esclarmonde, jeune fille de 17 ans qui en 1187 décide le jour de son mariage de se donner à Dieu et de vivre emmurée. C’est à notre oreille que la voix d’Esclarmonde nous conte son histoire, c’est certainement grâce à cette proximité qu’une fois entre ses murs le lecteur ressent avec une précision peu commune les émotions d’Esclarmonde. Nous vivons d’abord avec ravissement son allégresse et sa dévotion, puis nous ressentons sa détresse et ses déchirures. Car si Carole Martinez fait preuve d’une poésie et d’une maîtrise des sens certaine elle n’en reste pas moins cruelle envers ses personnages. Ainsi la vierge Esclarmonde subit le pire des affronts le jour de sa mise en réclusion, la poésie ici souligne d’autant plus l’horreur subit et ses possibles conséquences. Et la vérité qui éclate dans la seconde moitié du roman n’en est que plus effroyable.

Comment ne pas s’attacher à cette jeune Esclarmonde qui au sein de sa tombe grandit et vieillit plus que tout autre personne extérieure. Volontaire puis prisonnière ce sont pourtant bien les protagonistes extérieurs qui influencent sa vie de recluse, eux tous, agités par cette âme immobile et insaisissable. Si la jeune femme s’enfermait dans la solitude et la prière, jamais le monde extérieur ne l’aura autant happé et n’aura autant influencé sa vie. La plume légère mais cruelle de l’auteur nous conte jusqu’où l’égoïsme peut pousser un homme, comment la peur peut faire basculer les plus rationnels vers la folie et les plus grandes croyances. Elle inspire les chansons et la foi des pèlerins tout en devenant malgré elle protectrice des villages autour du domaine. Jamais nous ne pouvons défère le vrai du faux concernant certains “miracle” attribué à la nouvelle Sainte, car pour nous aussi, pourtant placés du point de vue d’Esclarmonde, la jeune recluse reste entourée d’un doux mystère.

Je ne peux en dire plus sans en révélé davantage il se passe tant de choses au sein de cette tombe, éloignant peu à peu la solitude  tant désirée par la jeune femme. Du domaine des Murmures est un coup de cœur, la plume de Carole Martinez m’a totalement happée et mon esprit est encore un petit peu dans le réclusoir d’Eclarmonde.

 

2 thoughts on “Du domaine des Murmures – Carole Martinez

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s