[Portrait] Chimamanda Ngozi Adichie, créatrice d’histoires

Chimamanda-Ngozi-Adichie

Et si nous parlions un petit peu de Chimamanda Ngozi Adichie ? Une femme que j’admire particulièrement et, surtout, une écrivain de talent. Ça vous tente ? alors c’est partit !

C’est au détour d’une conférence sur le danger de l’Histoire unique que j’ai découvert qui était Chimamanda Ngozi Adichie, fascinée par son humour et la justesse de son discours je me suis empressé de regarder une seconde intervention de sa part, sur le féminisme cette fois-ci.

The Danger of a Single Story et We should all be feminist sont deux conférences particulièrement connus désormais, mais leur justesse et le verbe de leur interprète ne cesse de m’impressionner.

A vraie dire ces deux conférences permettent de présenter les deux fers de lance de Chimamanda Ngozi Adichie. Dans la première elle expose le danger qu’est le fait de ne raconter des histoires provenant seulement que d’une seule partie du monde, elle évoque ici les approches narratives raciales, de domination culturelle ou encore politique. Le tout donnant une « histoire unique ». Pour elle il est primordial que d’autres histoires venant du monde entier que d’autres points de vue voient le jour pour accéder à une vision du monde plus complète.

The danger of a single story, 2009, on met les sous-titres et on s’inspire

Dans la seconde, avec beaucoup d’humour, elle tente de réhabiliter le mot « féministe » et expose les raisons pour lesquelles chacun d’entre nous devrait l’être.

We should all be feminists, 2013

Aux Etat-Unis depuis ses dix-neuf ans, l’auteur clame avec fierté son appartenance aux Igbos ( troisième groupe ethnique du Nigéria) et l’amour de son pays le Nigeria tout en pointant du doigt le peu de place qu’il fait aux femmes. Tout au long de son œuvre l’auteur offre le portrait de femmes Nigériennes, sans fard elle expose leurs faiblesses, leurs espoirs ainsi que leurs forces. Elles sont tour à tour confrontées à la discrimination et à la perte d’identité (Americanah), à la guerre (L’autre moitié du soleil) ou encore au fanatisme religieux et au rejet familial (L’Hibiscus pourpre).

Mais avec autant de subtilité que de force l’auteur les fait se relever, elles affrontent les injustices et l’intolérable pour effectuer une incroyable quête d’identité. Au travers de ses lignes nous découvrons le Nigéria, ses traditions et ses luttes. Nous sentons presque la chaleur du soleil sur notre peau, la frustration des jeunes étudiants et des professeurs en grèves, leur amour de leur pays et leur révolte face aux inégalités.

Dans ses essais Chimamanda Ngozi Adichie ne se défait pas de son humour et expose comme une évidence des solutions à des problèmes que nous jugeons comme étant alors aberrant. C’est particulièrement le cas dans Chère Ijeawele… où l’auteur dans une longue lettre à son amie lui donne des conseils d’éducation, c’est avec évidence qu’elle expose le fait que son mari ne sera pas « une aide » et ne lui rendra pas service en s’occupant du bébé mais fera tout simplement son rôle de père. Le lecteur approuve et sourit devant l’évidence mais pourtant, combien de familles adoptent elles réellement ce type de comportement ?

Élue en 2017 à l’Académie américaine des arts et des sciences (une distinction intellectuelle particulièrement importante aux Etats-Unis), Chimamanda Ngozi Adichie lance également le projet Wear Nigerian, elle n’apparaît depuis qu’avec des vêtements conçu au Nigeria et promeut les créateurs sur son Instagram.

Après le succès de Americanah c’est l’actrice Kényane Lupita Nyong’o qui en achète les droits d’adaptation afin de produire le film dans lequel elle jouerait le rôle de Ifemelu avec à ses côtés Brad Pitt. Un projet que l’on attend avec beaucoup d’impatience.

Avant de conclure cet article, deux petites anecdotes culturelles, au début du titre de Beyoncé Flawless ont entend le début du discours We should all be feminists. Plus récemment la nouvelle adaptation de Fahrenheit 451 cite L’autre moitié du soleil comme un des ouvrages tentant d’être sauvé de la purge littéraire.

Porte-voix du Nigéria, figure féministe, écrivain de talent… il est difficile de ne pas saluer le parcours de Chimamanda Ngozi Adichie qui fait irrévocablement partie désormais des auteurs incontournables.

031317-News-National-Chimamanda-Ngozi-Adichie

Que pensez-vous de cette auteure ? avez-vous déjà lu une de ses œuvres ?

Nous en parlions ici :

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s