California Dreamin’ – Pénélope Bagieu

DSC_0166 (2)

California Dreamin’

Pénélope Bagieu

Gallimard BD – 17/09/2015

La dessinatrice Pénélope Bagieu prend le crayon pour nous livrer ce roman graphique en noir et blanc qui relate l’enfance de la chanteuse Ellen Cohen, alias « Mama » Cass Elliot, membre du groupe The Mamas and the Papas. L’album California Dreamin’ dresse un portrait juste d’une chanteuse précoce, à la voix hors du commun. Son excentricité, son humour, ses failles sont dépeints dans cette biographie d’artiste qui plonge le lecteur dans l’univers musical des années 60.

C’est un heureux passage à la bibliothèque qui m’a mené vers cet ouvrage de Pénélope Bagieu, créatrice des Culottées dont je vous ai déjà parlé ici. Sans même lire le résumé ou me poser de questions, California Dreamin’ était emprunté et prêt à être lu.

Et c’est donc avec une grande surprise que j’ai découvert que cette bande-dessinée n’était ni plus ni moins que la biographie de la détonante Cass Eliott, chanteuse du célèbre groupe The Mamas and the Papas (California Dreamin’). Rien d’étonnant quand l’on connait l’attrait de Pénélope Bagieu pour les femmes fortes à la destinée extraordinaire.

Je ne connaissais rien de The Mamas and the Papas, à part deux titres, une honte pour celle que l’on surnomme la Hippie…California Dreamin’ m’a permis de rentrer dans l’histoire de cette femme extraordinaire, hors norme et peut être profondément malheureuse qu’était Cass Eliott. L”originalité de la bande dessinée tient principalement dans le choix des points de vue. C’est au travers de sa sœur, de son père, de sa professeur de chant ou de ses futurs compagnons de scène que l’on découvre cette extraordinaire personnalité. Une excellente manière d’aborder les différents aspects de Cass Eliott et d’en saisir sa complexité. C’est donc de sa naissance au sein d’une famille juive passionnée de musique à la diffusion du premier titre qui fera le succès du célèbre groupe des années 60.

Avec humour et finesse Pénélope Bagieu dépeint la vie de Cass Eliott et la rend particulièrement accessible, on s’attache à elle et doucement le sentiment de la connaitre s’installe. Mama Cass c’est la bonne copine, celle dont on admire l’audace et l’humour. Au travers du dessin toujours aussi agréable et juste que l’on découvre que l’on connait Cass Eliott, qu’on l’aime et qu’on adorerait l’avoir dans notre vie. Pénélope Bagieu créer un lien tout particulier et durable entre le lecteur et son personnage, et lorsque l’on referme l’ouvrage, il reste encore ce lien.

Nous pouvons regretter de ne pas suivre la suite des aventures de la jeune femme femme, mais le reste fait désormais parti de l’histoire et Pénélope Bagieu termine sa fabuleuse histoire sur une promesse teintée de mélancolie, Mama Cass croit au bonheur à venir et la pérennité de son groupe, sa seconde famille. Il n’en sera rien malheureusement mais cela…c’est une autre histoire.

En bref :

Toujours un plaisir de retrouver Pénélope Bagieu nous conter le fabuleux destin de femmes extraordinaires. C’était la première fois que je basculai sur un format plus long et j’en ressors ravie. Foncez, même si vous ne connaissez pas du tout le groupe, foncez !

Et bien sûr…à lire en écouter California Dreamin’ évidemment !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s